Élus au temps du COVID !

Élus au temps du COVID ! 480 250 Proxima Partenaire

La crise sanitaire, encore en cours, agit comme un révélateur sur l’importance de la relation entre les maires et leur population, et plus largement entre l’ensemble des élus locaux et leur territoire.

En effet, la multiplication des initiatives portées par l’ensemble des collectivités pour répondre à la crise sanitaire, démontre la pertinence du découpage territorial à la Française.

 

COMMENT LES ÉLUS ONT-ILS FAIT FACE ?

Les villes et les départements ont tiré leur épingle du jeu. Au passage, à l’heure du tout vélo, rappelons que l’unité de base des départements retenue par Napoléon lors de son découpage correspondait à la distance parcourue à cheval en une journée. Avec le récent succès rencontré par les vélos à assistance électrique, et autres vélos cargo, l’ensemble cofinancé, à présent, par les deniers publics, on se dit que cette échelle de découpage va retrouver, au-delà, de l’impératif sanitaire, toute sa pertinence.

Dés, le début de la crise, les Maires ont été « à portée d’engueulade». Fort de ce principe, les édiles se sont donc retrouvés en première ligne pour parer à l’urgence sanitaire et aux conséquences sociales des mesures engagées.

La première vague, a encouragé un volontarisme fort. Maires, EPCI, Départements, Régions ont fait la démonstration de leur agilité face à l’urgence.

Au plus fort de la crise cette « agilité » a pris des formes diverses :

  • aide aux personnels hospitaliers avec des gardes d’enfants, prise en charge des stagiaires infirmiers, moyens supplémentaires pour les établissements recevant les malades (blouses, masques, gel hydroalcoolique).
  • aide aux populations avec la mise en place de masques, des centres d’appels pour les personnes isolées, des collectes alimentaires pour les plus démunis, maintien des marchés de plein air sous la responsabilité des seuls élus.
  • aide aux entreprises avec la mise en place d’aides financières, de cellules d’écoutes, de gratuité pour l’occupation du domaine public, d’exonérations de charges locales.

A chaque fois, il a fallu faire des choix, puiser dans les ressources financières des collectivités, encourager, organiser les cohortes de bénévoles citoyens, avec toujours cette même débrouillardise et cette belle ingéniosité.

La digue a tenu, partout, les agents territoriaux aux côtés de leurs élus ont répondu présent. La fonction publique territoriale a fait preuve d’une solidarité sans faille, pour accompagner la fonction publique hospitalière dans sa lutte.

La phrase : « on administre bien, que de près ! » a pris toute sa signification.

La deuxième vague, voit une nouvelle fois les élus monter au créneau. Ils sont toujours aux côtés des soignants, mais également de leurs commerçants.

Élus récemment arrivés aux affaires, ou réélus sur une promesse de revitalisation de leurs centre-villes, ils voient ces espaces désertés, fermés et donc menacés dans leur existence. Ils annulent, les animations, les évènements, les rencontres. Alors, ils innovent, numérisent, communiquent,  se rebellent aussi un peu et puisent de nouveau dans les réserves financières de leurs collectivités.

Depuis, les initiatives fleurissent : click and collect, campagnes municipales de promotion, retour des aides le plus souvent portées par les communautés de communes et les agglomérations. Une fois de plus, les élus embrassent un champ d’action qui n’était pas le leur jusqu’à présent, à l’image de la lutte contre la désertification médicale qui est devenue désormais leur apanage.

Avec cette même agilité, les mairies ont créé des centres de dépistages, renforcé les gestes barrières, sensibilisé les populations en rendant obligatoire le port du masque sur toute la commune.

 

COMMENT ENVISAGER LE FUTUR ?

Dans les mois à venir, le pouvoir va de nouveau avoir besoin de ses élus, pour organiser la prévention et la vaccination de la population. Une fois de plus, les maires, les adjoints, les conseillers municipaux, départementaux, régionaux, seront présents pour aider les Français.

En attendant, il faut préparer les budgets pour 2021, et constater les conséquences pour les caisses des communes. Ici et là, les réalités financières conséquences des initiatives nécessaires et des manques à gagner liés aux baisses de rentrées fiscales, vont entraîner des choix. Les investissements seront reportés, les projets freinés, malgré les promesses de l’État, les collectivités vont connaître, à l’image du secteur privé, une année 2021 délicate.

Une fois de plus, il va falloir que ces républicains du quotidien déploient des trésors d’agilité pour continuer à être ces « amortisseurs sociaux » tellement précieux, pour surmonter les crises.

 

Pour des lendemains meilleurs ensemble, PROXIMA PARTENAIRE s’engage à poursuivre ses efforts pour vous former en temps de crise, en présentiel comme à distance, nous avons forcément une formation faite pour vous ! Pour consulter notre calendrier de formations, rendez-vous sur https://proxima-partenaire.eu/calendrier-formations/